«Ce ne sont pas les facteurs externes qui me frustrent ou me mettent en colère, mais moi-même. Je suis très autocritique et je me fixe souvent des objectifs très élevés. Si je ne peux pas atteindre pleinement ces objectifs, j’ai l’impression de ne pas être assez bon. Je me dis alors tout ce que j’ai fait de mal et j’attends déjà la prochaine situation dans laquelle je pourrai me répéter à quel point je suis mauvais. Cela me rend très triste et mon estime de soi en souffre. Lorsque des personnes proches de moi viennent me voir et veulent me parler pour m’aider, mais négligent le fait que je ne peux pas ou ne veux pas parler à ce moment-là, je me mets en colère et je suis violent. Je me sens encore plus mal après parce que je sais que je suis allé trop loin et que ça fait mal. Mais je ne peux pas m’en empêcher parce qu’à ce moment-là, quand je me sens mal, j’ai besoin que quelqu’un que j’aime se sente mal aussi. J’ai essayé de boxer pour me défouler. J’ai pu me débarrasser de l’agressivité, mais la tristesse est restée. J’ai ensuite obtenu une aide professionnelle et trouvé quelqu’un à qui parler qui ne me juge pas et qui m’écoute.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *